S'évader sans (trop) alourdir son bilan carbone

Extrait de l'article Partir autrement issu du magazine hors série l'Express paru le 5 juin 2019.

"Pour satisfaire les vacanciers soucieux de se tourner vers un tourisme <raisonné>, les professionnels du secteur s'organisent, multipliant les offres et initiatives respectueuses de l'environnement [...]

[..] Selon le rapport annuel sur l'écotourisme du site Booking.com, publié le 77 avril dernier, 76% des Français souhaitent la mise en place rapide de solutions durables en matière de tourisme écoresponsable. Et, toujours d'après cette enquête, si 55 % des voyageurs internationaux sont prêts à s'engager dans des actions plus respectueuses de l'environnement pendant leurs congés, ils affirment manquer cruellement de connaissances et d'options intéressantes pour agir selon leurs convictions. Vers quel professionnel se tourner ? À quel label se fier ? Comme pour tous les autres domaines de la consommation, les Français ont besoin de transparence. Or les sites de réservation touristiques ne communiquent pas sur l'impact environnemental. Impossible par exemple de comparer deux hôtels pour savoir lequel est le plus écologique. Le risque est ainsi grand de se laisser séduire par le green washing (écoblanchiment), stratégie consistant pour une entreprise à mettre en avant des arguments écologiques et se forger ainsi une image écoresponsable, tout en ne pratiquant pas 1e tri sélectif ou en multipliant les bouteilles en plastique par exemple.

Inadmissible pour les consommateurs engagés. Pour éviter les mauvaises surprises, l'éditeur de logiciels BetterflyTourism accompagne les professionnels du secteur dans la mise en place de l'affichage envitonnemental."

Découvrez la totalité de l'article du magazine hors série "La France grandeur nature. Le Guide de vos vacances d'été" sur l'engagement des hôtels à travers l'affichage environnemental.

Je télécharge l'article complet de l'Express 5 juin 2019


Les restaurants vendéens s'engagent dans la lutte anti-gaspi

Le lundi 6 mai dernier a eu lieu au Casino Joa des Pins aux Sables d'Olonne la rétrospective sur la démarche d'accompagnement à la réduction du gaspillage alimentaire dans la restauration en Vendée. L'occasion pour les restaurateurs et partenaires vendéens de se retrouver autour de cette thématique et d'échanger ensemble sur un premier bilan.

Des partenaires et des restaurateurs mobilisés

En 2018, l'UMIH 85 (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) en partenariat avec le groupement de collectivités réunies au sein du programme des Territoires Zéro Déchet, Zéro Gaspillage du littoral vendéen ont choisi 5 établissements volontaires afin de les aider à lutter contre le gaspillage alimentaire : Les Quatre Vents à l'Epine, Le Relais du Gois à Beauvoir-sur-Mer, Flunch à Saint-Hilaire-de-Riez, Les Cabines à Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le Comptoir Joa aux Sables d'Olonne.

Betterfly Tourism a été chargée d'accompagner ces professionnels de la restauration dans cette démarche à travers un diagnostic des déchets organiques et l'identification d'actions d'amélioration, à travers l'outil logiciel Edgar®.

Grâce à cette démarche, 4 guides adaptés aux principales typologies de restauration ont été élaborés afin d'aider à lutter contre le gaspillage alimentaire, à savoir la restauration traditionnelle, les hébergements avec restauration, les cafétérias et les crêperies.

Ces guides anti-gaspi sont téléchargeables gratuitement sur le site de l'UMIH 85, via le lien suivant : http://www.umih85.fr/formations/lutte-contre-gaspillage-alimentaire

Lutter contre le gaspillage alimentaire est rentable !

Lors de cette rétrospective, le Chef Cuisinier du Comptoir Joa aux Sables d'Olonne, Monsieur Fontes a témoigné de la mise en place de cette démarche. Ainsi, le restaurant estime qu'en réduisant son gaspillage alimentaire il peut économiser 15 000€ sur une année soit 0,30€ par couvert.

Betterfly Tourism a accompagné sur site le chef et son équipe en réalisant des pesées des déchets organiques, en analysant leur provenance et en identifiant les bonnes pratiques à mener pour les réduire. Ainsi, de nombreuses actions ont pu être mises en place rapidement que ce soit sur la réutilisation du pain (en croutons, en farine de pain pour des cookies ou des madeleines...) ou sur un calibrage plus adapté des portions des assiettes.

D'après le chef Didier Fontes, les points forts de cette démarche sont sa facilité et sa rapidité de mise en place, la réalisation d'économies importantes, la réduction du gaspillage alimentaire du restaurant, et l'implication de son équipe autour de ce projet fédérateur et plein de sens permettant de créer une dynamique positive. Ainsi, l'équipe a choisi de poursuivre leur engagement en faveur d'une restauration plus responsable avec la mise en place de deux composteurs et prochainement d'un jardin potager en  lieu et place d'un ancien terrain de tennis.

Les professionnels et partenaires présents sont tous tombés d'accord sur l'importance et l'intérêt de cette démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire et souhaitent ainsi l'étendre sur le territoire vendéen déjà bien engagé.

Vous souhaitez en savoir plus sur cette démarche ? Contactez-nous notre équipe d'expert au +33 (0)2 40 74 69 24 ou à contact@betterfly-tourism.com.


La charte de l'affichage environnemental validée par l'ADEME

L'affichage environnemental d'un produit ou d'un service permet d'informer les consommateurs sur ses principaux impacts environnementaux calculés sur l'ensemble du cycle de vie du produit ou du service. Une note globale (sous forme d'un barème A,B,C,D,E) permet aux consommateurs de comparer les produits et services entre eux et de faire un choix éclairé au moment de l'achat.

Afin d'homogénéiser le format d'étiquette testé aujourd'hui par les 5 secteurs différents (l'hôtellerie, l'ameublement, le textile, les produits électroniques et alimentaires), l'ADEME a mis en place une charte graphique officielle pour tous les secteurs afin que le consommateur puisse identifier facilement la démarche d'affichage environnemental porté par plus de 200 hôtels, par Décathlon, Casino, Fnac-Darty, la Compagnie Dumas et la Camif.

Les nouveaux visuels sont disponibles dans notre logiciel Winggy, en français et en anglais !


Les campings se mettent au vert avec l’affichage environnemental

Le tourisme méditerranéen représente 220 millions de visiteurs chaque année, soit 32% du tourisme mondial. Avec ses 100 km de côte méditerranéenne, le littoral héraultais constitue un enjeu stratégique pour le département. Il est indispensable de prendre aujourd'hui des orientations liées à sa préservation au vu de sa dégradation environnementale de plus en plus rapide liée à une pression touristique de plus en plus forte.

Une première expérimentation lancée auprès des campings héraultais

Ainsi le Conseil Départemental de l'Hérault souhaite s'orienter vers un tourisme plus durable et a choisi Betterfly Tourism pour une première expérimentation auprès de 5 établissements d'hôtellerie plein air volontaires dans la mesure et la réduction de leurs impacts environnementaux à travers l'étiquette environnementale dans le cadre du projet européen Co-Evolve.

Les campings constituent l'essentiel de l'offre d'hébergement sur le littoral héraultais et ceux-ci sont directement menacés par les conséquences du changement climatique. L'objectif de la région Hérault est de proposer à terme aux professionnels de l'hôtellerie plein air des outils qui leur permettront d'évaluer leurs impacts et de mettre en place des actions concrètes pour réduire leur empreinte environnementale.

La semaine prochaine, les trois premiers campings seront audités : le camping le Bon Port, le camping Aloha et le camping le Méditerranée Plage.


Les innovations au service d'une hôtellerie plus durable

Ces dernières années de plus en plus d'innovations au service de l'hôtellerie sont apparues. Elles permettent de se démarquer et de proposer des services toujours plus performants. Mais quoi de mieux quand ces solutions permettent de rendre votre hôtel plus durable et respectueux de l'environnement, et ce, tout en réduisant vos coûts ?
Voici un panorama des solutions qui nous semblent prometteuses.

Réduire sa consommation d'énergie grâce à des systèmes de plus en plus innovants

Dans le secteur du chauffage, de nombreux systèmes de récupération de chaleur existent.
Parmi les plus innovants, nous avons identifié :

- L'utilisation de la chaleur des égouts (notamment dans les grandes agglomérations)

-La récupération de chaleur des serveurs informatiques

-Des radiateurs numériques qui permettent de se chauffer gratuitement grâce à la chaleur dégagée par des calculs informatiques

Pour le secteur du solaire, la climatisation solaire réversible sans impact CO2 commercialisée par Hélioclim est l'une des dernières innovations les plus prometteuses car elle permet non seulement de se chauffer mais aussi de se climatiser.

Au niveau de l'éclairage, même si l'ampoule LED est une innovation qu'on ne présente plus, celle-ci évolue ! Savez-vous que l'ampoule LED est désormais dimmable, c'est-à-dire qu'elle est compatible avec un variateur ce qui vous permettra d'ajuster la luminosité selon les différents moments de la journée ?

Des technologies digitales au service d'une meilleure gestion de l'eau

La gestion de l'eau est une problématique bien connue des hôteliers et l'optimisation de cette ressource peut passer par des actions simples telles que l'installation de réducteurs de débit, de chasse d'eau double volume ou le remplacement des baignoires par des douches. Pour aller encore plus loin, l'entreprise INMAN propose la douche INSENS qui possède un mitigeur d'eau électronique fournissant de l'eau chaude dès la première goutte évitant ainsi les pertes d'eau. Elle est également équipée de capteurs de présence et se coupe dès que le client s'écarte afin de se savonner.

Des fontaines à eau et des pailles biodégradables pour réduire ses déchets plastiques

La réduction des déchets plastiques en hôtellerie est un véritable challenge car que ce soit au niveau des produits d'accueil, des pailles, des gobelets ou des bouteilles d'eau, le plastique est malheureusement encore trop présent.
Ainsi, les entreprises Aquachiara et Castalie proposent des fontaines à eau micro-filtrée, permettant d'éviter l'utilisation des bouteilles d'eau en plastique.

Pour les produits d'accueil, des solutions existent également : l'utilisation de fibres naturelles telles que le bambou permet permet de proposer aujourd'hui des produits à usage unique 100% biodégradables et compostables tels que les pantoufles de Biofootwear.

Pour les pailles, il est également possible de trouver des alternatives grâce à des pailles biodégradables, des pailles 100% naturelles (Comatec), et même des pailles comestibles à base d'algues (Loliware).

Changer le coton par le bambou !

La gestion du linge représente environ 30% des impacts environnementaux d'un hôtel. Pour réduire vos impacts, optez pour des alternatives au coton telles que le bambou ou le lin qui permettent de réduire l'impact CO2, mais également l'utilisation d'eau et de ressources non renouvelables utilisés dans leurs processus de fabrication.

En optant pour des équipements innovants vous pourrez ainsi agir sur vos différents impacts que ce soit sur l'optimisation de l'énergie, de l'eau ou la réduction de vos déchets !
N'oubliez pas également qu'en informant et formant vos clients et vos collaborateurs aux éco-gestes, vous pourrez également diminuer facilement l'impact sur la planète de votre hébergement touristique.


Betterfly lance un programme sur la réduction du gaspillage aux Seychelles.

Le 4 Juillet 2018, la Fondation du Tourisme Durable aux Seychelles (SSTF = Seychelles Sustainable Tourism Foundation) a organisé un événement portant sur la réduction et la gestion des déchets alimentaires dans le secteur touristique en partenariat avec Betterfly Tourism, l’Association du Tourisme et de l’Hôtellerie des Seychelles (SHTA) , ainsi que Eden Bleu Hotel.

  • Au niveau mondial, le gaspillage alimentaire contribue à hauteur de 6.7% des émissions de gaz à effet de serre.
  • Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième plus gros émetteur, derrière la Chine et les Etats-Unis.
  • D’après l’Institut des Ressources planétaires, les principales émissions de carbone liées au gaspillage alimentaire proviennent du transport des aliments (encore plus pour les territoires insulaires où la plupart de la nourriture est importée) mais aussi des sites d’enfouissements des déchets alimentaires.
  • Le gaspillage alimentaire a ainsi été ajouté aux Objectifs du Développement Durable, dans le cadre de l’objectif 12 : Consommation et la Production durable.

En se basant sur des entretiens avec des hôteliers et sur la première « Étude de base sur la production de déchets alimentaires dans les hôtels et les mécanismes de réduction des déchets alimentaires » menée par UniSey et Rossetta Alcindor, chargée de projet à SSTF, la SSTF a a réalisé une étude sur l’ampleur du gaspillage alimentaire aux Seychelles. La moitié des décharges est constituée de déchets verts et de déchets de cuisine. D’après les premiers résultats, un hôtel aux Seychelles produit en moyenne 846g de déchets alimentaires par client et par jour. Malgré le compostage et des partenariats avec des fermiers locaux, la grande majorité des déchets alimentaires est jetée à la poubelle. Avec l’arrivée de 350 000 touristes par an, c’est un impact conséquent sur l'environnement, sur le climat et c’est également une perte financière conséquente pour les hôtels et les restaurants.

Un nouveau programme sur la réduction des déchets alimentaire , proposé par Betterfly Tourism et SSTF, conçu pour les hôtels et restaurants des Seychelles, a donc été officiellement lancé au sein de l’hôtel Eden Bleu.

Les établissements touristiques peuvent s’inscrire à ce programme d’un an qui inclut 2 jours de formation du personnel sur la mesure et l’analyse des déchets alimentaires avec le logiciel EDGAR® et l’élaboration d’un plan d’action.. Après la formation, l’établissement peut réduire jusqu’à 20% ses déchets alimentaires et économiser près de 2€ par plat. Le programme comprend également des sessions de suivi et d’échanges collaboratifs entre les hôtels et SSTF dans l’objectif de favoriser les partenariats avec les agriculteurs locaux et le compostage à plus grande échelle.

Une série de formations pilotes a été organisée à l’hôtel l’Archipel et Constance Lemuria sur Praslin, ainsi que l’hôtel Eden Bleu. Les trois hôtels ont souligné les impacts positifs apportés par la formation.

Plus de 80 personnes des secteurs publics, privés et des ONG ont assisté à l’événement sur Eden Island. L’évènement a été extrêmement bien perçu par les professionnels et a suscité de nombreuses marques d’intérêt pour rejoindre ce programme de réductions des déchets alimentaires.

Les hôtels et restaurants intéressés par le programme peuvent contacter la SSTF à l’adresse office.sstf@gmail.com

A propos de la Fondation Tourisme Durable aux Seychelles (SSTF Seychelles Sustainable Tourism Foundation)

La Fondation Tourisme Durable aux Seychelles (SSTF) est une ONG Seychelloise qui sert de plateforme de liaison pour les acteurs du tourisme aux Seychelles, facilitant les partenariats et les initiatives communes pour le tourisme durable. Notre vision est de faire des Seychelles un exemple international des meilleures pratiques en matière de tourisme durable par une approche collaborative intégrée entre secteurs public, privé, académique et ONG. Dans le cadre de cette vision, notre plan d’action est basé sur les critères du Conseil Mondial du Tourisme Durable (GSTC = Global Sustainable Tourism Council), qui vise à ce que les Seychelles soient certifiées dans les 5 ans à venir comme destination touristique durable par l'un des organismes reconnus par le GSTC.


Betterfly part à la conquête du monde

Betterfly Tourism s'envole et part à la conquête du monde !

Quelle joie de vous annoncer cette nouvelle étape franchie par Betterfly, peut être la plus importante de notre existence : la signature de notre première levée de fonds. Occasion de fête bien entendu mais également moment privilégié pour faire le point sur nos 7 premières années d’existence et nous projeter sur nos 7 prochaines années.

En 7 ans, Betterfly a accompli énormément :

- Création de l’étiquette environnementale pour les hôtels ;

- Développement de 3 logiciels désormais référents pour le secteur : WINGGY, EDGAR, Passeport Vert ;

- Partenariats avec les plus grands institutionnels : Nations-Unies, OMT, plusieurs Ministères, ADEME ;

- Plus de 450 hôtels, restaurants, spas et territoires outillés, en France, au Maroc et aux Seychelles

…mais si peu à la fois tellement il nous reste à faire pour transformer le secteur touristique français et mondial.

Dans 7 ans, qui sait ce que nous aurons accompli : présence dans 20, 30, 40 pays ? Des dizaines de milliers d’hôtels, resorts, restaurants et territoires utilisateurs de nos outils ? Une réduction drastique des impacts et des coûts de fonctionnement chez nos clients ? Des changements au quotidien pour la majorité des voyageurs chez nos clients qui pourront choisir leur hôtel, restaurant en fonction de leur impact ? Une équipe de plus de 50 personnes ? ...

Car notre ambition est forte : devenir le leader international des solutions logicielles de tourisme durable. Et nous sommes en train d’y arriver car j’ai la chance de travailler au quotidien avec une équipe de rêve : une équipe engagée, généreuse et compétente – que demander de plus ?

Enfin, le dernier mot sera pour remercier tous les acteurs sans qui Betterfly Tourism n’en serait pas là aujourd’hui :

- Héloïse, Marianne, Marie, Thierry, Dorian, Flavie, Ivan, Carole, Cécile, Anne, Emmanuel qui partagent mon quotidien chez Betterfly

- Nos partenaires : l’ADEME (et ses directions régionales), ONU Environnement, l’OMT, l’UMIH, le GNI, FairBooking, le CDT de l’Aube, le Ministère de la Transition Ecologique, des Affaires Etrangères, le Ministère du Tourisme du Maroc et Seychelles Sustainable Tourism Foundation,

- Nos clients que je ne pourrai tous citer tellement ils sont nombreux à nous faire confiance

- Et surtout FINPACT, ATLANPOLE, INCO et Walter Bouvais qui nous ont accompagnés au jour le jour depuis plus d’un an pour réussir cette levée de fonds dans les meilleures conditions

A très bientôt,

Hubert VENDEVILLE, CEO


Betterfly Tourism lève 400 000€ pour accélérer son développement !

Nantes, le 12 juillet 2018éditeur de logiciels spécialisé dans le tourisme durable, Betterfly Tourism, accompagné par la société de conseil FINPACT, vient d'annoncer sa première levée de fonds de 400 000€ auprès d'Aviva Impact Investing France. Ce fond d'investissement, crée par INCO pour l'assureur Aviva France est dédié aux entreprises innovantes et à fort impact social et environnemental. Une nouvelle étape pour cette entreprise nantaise qui va lui permettre d’accélérer son développement commercial en France mais également sa croissance à l’international.

FAIRE PASSER à L’ACTE LES professionnels DU TOURISME

Fondée en 2011 à Nantes et dirigée par Hubert Vendeville, son CEO, Betterfly Tourism puise les origines de son nom dans la théorie de l’effet papillon pour souligner l’importance des actions locales pour un effet global. L’entreprise nantaise a un objectif : mettre en mouvement la transition du secteur tourisme vers un avenir plus prospère, en proposant à ses clients des solutions online alliant intelligemment optimisation des coûts d’exploitation et des impacts.

Pari réussi pour cette entreprise en pleine croissance qui compte désormais plus de 10 salariés ! Betterfly Tourism accompagne aujourd’hui plus de 450 hébergements touristiques, restaurants et territoires avec ses 3 logiciels :

  • WINGGY® : logiciel dédié à la réduction des impacts environnementaux et à l’optimisation des coûts d’exploitation des hôtels. C'est aujourd'hui le seul logiciel qui permet de délivrer l'étiquette environnementale pour les hôtels et les restaurants.
  • EDGAR® : logiciel pour les restaurateurs qui permet de mesurer et suivre l'évolution des déchets alimentaires en kg et en € dans un objectif de réduction des coûts et du gaspillage alimentaire.
  • Passeport Vert: Plate-forme en ligne d’accompagnement des collectivités territoriales souhaitant s’intégrer dans le dispositif Passeport Vert, dispositif international porté par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement

DE Réelles économies POUR LES UTILISATEURS

Que ce soit pour le logiciel WINGGY® ou le logiciel EDGAR®, Betterfly a développé ses outils après plusieurs années d’expérimentation terrain en collaboration avec les fédérations d’hôtellerie et restauration, l’ADEME, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation Mondiale du Tourisme. L’approche économique associée à l’approche environnementale est particulièrement convaincante pour les professionnels.

Ainsi, le logiciel WINGGY® permet d’économiser jusqu’à 2 euros par nuitée tout en réduisant les impacts de 20%. Grâce au logiciel, l’hébergement peut mesurer ses impacts, simuler ses actions d’amélioration et prioriser les pratiques les plus simples et les plus économiques à mettre en place. L’étiquette environnementale, éditée par le logiciel WINGGY® permet de communiquer tout en transparence auprès du consommateur final sur l’impact de sa nuitée à l’hôtel.

Les logiciels de Betterfly Tourism ont séduit aussi bien des établissements indépendants que des groupes comme certains établissements du groupe Barrière, Marriott, l’enseigne OKKO et plusieurs hôtels du parc touristique Disney.

LE TOURISME DURABLE, UN ENJEU MONDIAL

A l’heure où l’impact du tourisme est responsable de 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les professionnels du tourisme savent qu’il est désormais plus que nécessaire d’agir durablement dans la maitrise de la croissance de l’impact carbone. De plus, il existe une véritable demande de la part du consommateur qui souhaite voyager en limitant son impact sur l’environnement.

C’est dans ce contexte que Betterfly Tourism mobilise 400 000€ pour accélérer la commercialisation de ses outils.

UN Déploiement en France et à l’international

Les fonds levés par Betterfly Tourism vont permettre à l’entreprise de structurer son équipe commerciale afin d’augmenter les ventes et de continuer à investir dans la R&D pour développer de nouvelles applications pour les logiciels.

Une dizaine de personnes devraient ainsi être recrutées d’ici fin 2018 : des commerciaux et des développeurs en charge de l’évolution des outils.

Déjà présent aux Seychelles et au Maroc, Betterfly Tourism va continuer également son déploiement à l’international sur 4 nouveaux pays d’ici la fin de l’année 2019.

« Betterfly Tourism a su se développer pendant 6 ans sur ses fonds propres tout en obtenant des résultats déjà impressionnants : développement de 3 logiciels métiers références pour le secteur, déploiement en France et à l’international, membre affilié de l’OMT, partenaire incontournable de grands groupes et des fédérations professionnelles, tout en multipliant par 10 les fonds propres initiaux ! Avec l’appui d’Aviva Impact Investing France et le soutien d’INCO, nous aurons les moyens de déployer notre ambition sur un marché mondial en pleine construction, celui des outils logiciels d’optimisation des coûts et des impacts du tourisme. Betterfly Tourism peut très clairement devenir leader de ce marché à condition de poursuivre nos innovations métiers et de massifier nos solutions à un très grand nombre d’utilisateurs » conclut Hubert Vendeville, CEO de Betterfly Tourism.

Contact presse : c.mathis@www.betterfly-tourism.com


reduction déchets alimentaires

L'UMIH et Betterfly Tourism associés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Betterfly Tourism et l’UMIH Formation, organisme de formation de l’UMIH ont mis en place un partenariat, depuis le début de cette année 2018, pour proposer aux restaurants et aux hôtels un programme de formation sur la réduction des déchets, du gaspillage alimentaire et des coûts associés. Cette formation directement réalisée dans les établissements se déroule sur deux jours. Elle permet de quantifier les déchets consommés (en kg et en euro), d’identifier la part gaspillée et de réduire les déchets et les coûts associés grâce à des actions correctrices, simples et concrètes.

Pendant cette formation, le restaurateur et son équipe vont découvrir la réglementation et les enjeux de la réduction des déchets alimentaires, se former à la mesure des déchets avec l'outil EDGAR, analyser les déchets, identifier les coût pour l’établissement et définir un plan d’action pour réduire les déchets et optimiser la marge. Le restaurateur suite à la formation et aux actions mises en place peut réduire de 20% ses déchets alimentaires et économisés  jusqu'à 80 cts par couvert !

Aujourd'hui c’e sont plus de 1,3 milliards de tonnes de déchets alimentaires qui sont jetés ou perdus dans le monde. Dans la restauration traditionnelle, les pertes s'élèvent en moyenne à 230 gr par repas et par convive. Autant de matière achetée par les restaurateurs et non consommée ! A l'heure où le doggy bag est au centre des débats, n'oublions pas que le meilleur des déchets est celui que l'on ne produit pas !

Pour en savoir plus sur la formation : « Réduction des déchets, du gaspillage alimentaire et des coûts associés dans la restauration », contactez-nous vite à contact@www.betterfly-tourism.com ou rapprochez-vous de votre commercial(e) UMIH Formation de votre région.


Le "zéro déchet" s'invite dans le petit déjeuner des hôtels !

Et si les hôteliers se mettaient aussi au "zéro déchet" ? Découvrez les bonnes pratiques des hôteliers pour limiter le gaspillage alimentaire du petit déjeuner !

Lors de l’accompagnement des hôteliers engagés dans l’affichage environnemental, il a été constaté l’usage fréquent de produits en format individuel (notamment sur le beurre, la confiture,le sucre, les biscuits) et une quantité importante de déchets générés par un gaspillage alimentaire lors du petit déjeuner. Afin d’initier une consommation plus responsable, voici un panorama de bonnes pratiques pouvant être mises en place dans votre hôtel pour lutter contre le gaspillage alimentaire et réduire vos déchets du petit déjeuner.

Quelques chiffres pour commencer…

185gr…c’est le poids moyen des déchets « petit déjeuner »/ par nuitée

75%…c’est le pourcentage moyen de papier et carton dans les déchets « petit déjeuner »

28 tonnes…c’est le poids moyen des émissions de CO2 liées à l’activité petit déjeuner pour un hôtel de 80 chambres soit 14 Aller-Retour Paris New York pour une personne (source : http://eco-calculateur.aviation-civile.gouv.fr/) !

Des actions simples à mettre œuvre pour diminuer l’impact du petit déjeuner

De nombreuses actions simples peuvent être menées par les hébergements touristiques pour diminuer la part de déchets liée au petit déjeuner. Tout d’abord, pour une meilleure efficacité de vos actions : mobilisez vos équipes autour de cette démarche éco-responsable et sensibilisez vos clients ! Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ! Des clients informés aux éco-gestes (« Je ne prends que ce que je consomme ») seront plus à même de diminuer spontanément leur retour assiette !

30 gr c’est le poids moyen d’un emballage individuel de confiture pour seulement 28 gr de contenu. Préférez les grands formats et le vrac pour remplacer les portions individuelles : 1kg de café, grands pots de confitures, céréales en vrac, fromage à la coupe … ! Rapprochez-vous des producteurs locaux. Ils sont de plus en plus nombreux à favoriser le zéro déchet et à vous proposer des conditionnements vrac ou grands formats !

4 000 milliards de tonnes déchets sont produits par an dans le monde ! Stop aux produits à usage unique ! Remplacez vos produits jetables par des produits réutilisables : verres en verre, serviettes et sets de table en tissu.

Privilégiez les produits locaux et de saison. Le petit bonus : vous pourrez les proposer à la vente, cela permettra de valoriser vos fournisseurs et d’avoir un autre levier économique !

Et pourquoi ne pas installer vos propres ruches ? Vous pourrez ainsi produire votre miel, comme c’est le cas aux Trésoms à Annecy et Le Florence à Nice.

Vos fruits sont trop mûrs et ne peuvent être mis en avant sur votre buffet ? Au lieu de les jeter, utilisez-les en concoctant de délicieux smoothies.

Difficile de prévoir la quantité exacte de pain pour satisfaire votre clientèle ! Profitez du restant de pain pour en faire de la chapelure et la réutiliser plus tard en cuisine.

Autre astuce : présentez les produits frais (charcuterie, jus d’orange, fromage…) en petite quantité et prévoyez un réassort régulier pour mieux gérer votre gaspillage en fin de buffet !

Et vous, quelles sont vos bonnes pratiques ?